Actualité du CPA

Le CPA doit informer les actifs sur leurs comptes et leurs droits

L’UNSA a participé à la deuxième réunion du Conseil d’orientation du CPA. Des divergences sont apparues entre les partenaires sociaux, quant au contenu actuel du CPA, les choix de communication effectués à son lancement, mais aussi à ses perspectives d’évolution.

La principale critique formulée étant que le CPA, créé dans une volonté de mieux sécuriser les parcours professionnels, n’est pour l’instant qu’un simple « réceptacle » regroupant 3 comptes personnels satellites (CPF, C3P et CEC). Le volet formation professionnelle (CPF) a été privilégié dans un premier temps dans la communication, en raison des évolutions de la loi El Khomri, notamment l’augmentation conséquente de l’alimentation annuelle et du nombre d’heures concernant le CPF des actifs peu ou pas qualifiés.

Cette mise en avant du CPF, compréhensible dans le contexte, a eu pour conséquence de mettre les deux autres comptes associés du CPA (C3P et CEC) un peu en « arrière plan ». L’UNSA a demandé que la campagne d’information sur le CPA cible bien dorénavant l’ensemble des comptes. En effet, si le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) concerne encore peu d’actifs, la finalité est de pouvoir, grâce à la négociation, l’élargir à terme à d’autres publics confrontés à la pénibilité au travail. Par ailleurs, la création du compte d’engagement citoyen (CEC) est un choix d’ordre politique et sociétal qui mérite objectivement d’être valorisé. Cette décision rejoint d’ailleurs la volonté de faciliter l’accès des actifs à la VAE, en prenant en compte l’ensemble de leurs expériences.

La DGEFP a précisé que la campagne d’information sur le CPA avait eu un effet dynamique sur le CPF, le nombre de comptes formation ouverts depuis janvier ayant nettement augmenté. Compte tenu des élections prochaines, le rythme des groupes de travail sur le CPA va rester soutenu en mars et avril. Les thématiques retenues seront la communication, l’accompagnement des bénéficiaires, les systèmes d’information, l’élargissement aux travailleurs indépendants. Deux réunions de concertation avec la ministre sont également prévues pour aborder les étapes futures du CPA, un nouveau Conseil d’orientation étant programmé le 28 mars.

L’UNSA souhaite que le droit à un accompagnement individuel, offert par la loi à chaque bénéficiaire du CPA via le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP), soit mis en avant dans la communication et sur le site dédié. Il faut informer les actifs sur leurs droits, sur l’articulation entre les comptes (fongibilité). Tout au long de la vie, le CPA doit devenir un outil facilitateur, dynamique, d’accès aux droits sociaux (retraite, épargne temps, mutuelles, etc..) et aux informations exigées pour sécuriser son parcours ?