Formations obligatoires en entreprise

Les formations réglementaires et obligatoires occupent une part plus importante dans les petites entreprises

Dans sa publication « Bref » de décembre, le Céreq s’interroge sur le rôle des formations obligatoires dans la réduction des inégalités d’accès à la formation entre salariés. Si elles constituent le premier poste de dépense, les entreprises des secteurs traditionnellement les moins formateurs ainsi que les salariésles moins qualifiés sont les plus concernés.

Prés de deux entreprises sur trois ont financé des formations obligatoires en 2014, à l’exclusion de toute autre pour 16% d’entre elles. Les formations hygiène et sécurité et celles visant d’autres habilitations ou certifications constituent même la dépense la plus fréquente des entreprises. 63% ont financé ce type de formation, alors que 58% ont opté pour des formations aux techniques spécifiques à un métier et 43% pour l’informatique.

La taille de l’entreprise et le secteur d’activités jouent aussi un rôle important. En effet la proportion des entreprises augmente avec leur taille. Sont ainsi concernées 61 % des entreprises de 10 à 49 salariés, 87% de 50 à 249 salariés et 96% pour les plus de 250 salariés. Selon le Céreq, c’est la diversité des activités et leurs environnements de production qui contraignent les entreprises à avoir recours à ce type de formation. Les secteurs économiques qui sont le plus impactés par ces formations réglementaires et obligatoires sont les secteurs liés aux activités de transport, de la construction, de l’industrie non agroalimentaire, de l’hébergement et de la restauration. Les formations obligatoires s’adressent en priorité aux catégories de salariés les moins qualifiés, quel que soit le secteur d’activité ou la taille de l’entité.

L’enquête montre que les entreprises qui se consacrent exclusivement aux formations obligatoires semblent disposer de peu d’outils internes, et ont davantage recours à des organismes comme les OPCA ou les organismes de formation. Elles sont aussi demandeuses de conseils en évaluation des compétences et en ingénierie financière ou juridique. Lorsque ces formations sont majoritaires, elles échappent aux caractéristiques inégalitaires habituelles de la formation continue car elles concernent plus les ouvriers que les cadres.

Avec les évolutions liées à la réforme de 2014, les formations éligibles au CPF et le recensement des habilitations transversales inscrites à l’inventaire, se pose néanmoins la question du transfert des responsabilités de l’employeur vers le salarié.

formations.png