Le Conseil d’Orientation de la Jeunesse (COJ)

Choc de simplification ou nouvelle « usine à gaz » ?

Le Gouvernement a décidé, dans un souci de simplification et de rationalisation des politiques publiques, de créer le Conseil d’Orientation de la Jeunesse. Deux décrets d’application ont été publiés, le 12 octobre 2016 et le 23 janvier 2017. Cette nouvelle instance a été officiellement installée le 26 janvier dernier par le Premier ministre Bernard Cazeneuve et Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Cette création a eu pour conséquence la fusion du Conseil national de l’éducation populaire et de la jeunesse, du Conseil national de la jeunesse et de celui dédié aux Missions locales. Le nouveau Conseil d’Orientation de la Jeunesse a pour projet de se réunir en formation plénière au moins deux fois par an.

L’instance devra remettre un rapport annuel sur la contribution des différents acteurs de la politique jeunesse, réaliser une évaluation des impacts des projets législatifs et une présentation des travaux de suivi et de bilan, menés par les commissions et divers groupes de travail créés en son sein. Le COJ doit aussi permettre aux jeunes de prendre part au débat politique et aux décisions les concernant. L’instance a pour finalité d’être une entité de consultation sur les projets de loi et textes réglementaires, ainsi qu’une force de proposition dynamique sur tout objet visant les jeunes.

L’UNSA adhère à ces objectifs. Nous resterons toutefois vigilants sur la gouvernance de l’instance et sur ses capacités de représentation de l’ensemble des jeunes, en marge du débat public.