Rapport France Stratégie

Dans une conjoncture économique dégradée, l’insertion professionnelle des jeunes reste difficile en France

Un groupe de travail animé par France Stratégie, réunissant des partenaires sociaux et des représentants des organisations de jeunesse, a abouti à un rapport de diagnostic remis à la ministre du Travail (téléchargeable sur stratégie.gouv.fr). L’objectif était d’analyser les obstacles à l’insertion professionnelle, les effets des politiques menées, et de réfléchir aux dispositifs à mobiliser.

Les constats s’avèrent inquiétants : un taux d’activité faible, un « sur-chômage » persistant, un pourcentage encore élevé de « décrocheurs ». Comparé à d’autres pays européens, le taux de chômage des jeunes français reste préoccupant et a été multiplié par 3,5 en 40 ans. La proportion de « NEET », ces jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation professionnelle, s’avère plus élevée (de l’ordre de 15%) que dans le nord de l’Europe (même chiffre depuis 2013). Le chômage des jeunes non diplômés est 3 fois plus élevé que celui des jeunes sortants du Supérieur.

Ces difficultés sont liées au fonctionnement du marché du travail, notamment l’usage accru des contrats temporaires (CDD), mais d’autres facteurs sont identifiés. 10% des jeunes de 16 à 29 ans ne maîtrisent pas les compétences de base, beaucoup rencontrent des freins périphériques à l’emploi : absence de permis de conduire, de véhicule, problèmes d’hébergement, difficultés financières, de santé, isolement et absence de soutien familial.

Face à ces inégalités, deux points positifs sont cependant à noter : la généralisation de la « Garantie Jeunes » et la mise en oeuvre du PACEA, offrant un accompagnement renforcé aux jeunes les plus fragiles. Le fait que le permis de conduire devienne éligible au CPF (à compter du 15 mars 2017) nous paraît aussi un réel progrès pour ces jeunes actifs.